18 décembre Journée internationale pour les droits des migrant-es

Nous joignons à ce courrier le texte national commun que nous faisons nôtre pour cette journée. Depuis son édition d’autres signatures l’ont rejoint.

Sans plus d’illusions sur ces « journées mondiales » qui se multiplient sur tous les thèmes... médiatisations d’un jour... Une année de bonne conscience assurée.

Nous préfèrerons faire appel au travail quotidien de militant-es qui inlassablement, souvent dans l’ombre et discrètement interviennent, accueillent, aident, accompagnent ces femmes, ces enfants, ces hommes jetés, quelles qu’en soient les raisons, sur les routes, sur les mers de l’exil.

Ce vendredi 18 décembre :

D'abord nous reprendrons les permanences hebdomadaires interrompues par la « crise sanitaire »... Même si nous avons continué de traiter l’essentiel des demandes, un certain nombre de situations exigent des rencontres effectives.

L'administration préfectorale n’a pas non plus suspendu ses mauvais coups. Covid et confinement ou pas, les Obligations de Quitter le Territoire (OQTF), les Interdictions de Retour sur le Territoire (IRTF) et les enfermements en rétention (CRA) n’ont cessé de tomber.

Nous avons systématiquement organisé, même à distance, la défense des victimes de cette sale politique. Parfois avec succès : tel ce Russe arrêté un soir à Pamiers, envoyé le lendemain en rétention à Marseille (CRA) et libéré par le Juge des Libertés deux jours plus tard... Retour à Pamiers.

Ce vendredi 18 décembre :

Puis nous prendrons le temps de témoigner... En 20 ans d’activité militante, nous avons accumulé dans les cartons pas moins de 1200 dossiers de familles passées ou installées en Ariège... soit quelques milliers de femmes, d’enfants et d’hommes dont nous avons croisé les destinées.

Nous vous proposons d’exhumer ses histoires belles ou tristes, réussies ou ratées, de revenir à la rencontre des intéressé-es, d’écrire avec elles, avec eux, de publier ces témoignages.

Nous pourrions ainsi mettre en perspective les enjeux, les embuches, l’efficacité et les ratés.

Nous pourrions ainsi, à partir de ce vécu bien réel, montrer que tout n’est pas perdu malgré la violence institutionnelle, que l’espoir de réussir ces parcours difficiles est bien là... L’espoir.

Alors à vos plumes :

Sous forme d’interview, de récits, de photographies, de rencontres avec une ou des personnes concernées... témoignez... Communiquez-nous le produit de votre implication quotidienne.

Passant de la journée à l’année, nous envisageons la publication de ces travaux sous forme de recueil pour le 18 décembre... 2021 !

Permanences LDH RESF 09

Rapidement le point famille « M » Géorgienne qui se compose de la Mère, le Père, une fille Majeure et deux filles (16 et 17 ans scolarisées) menacée d’expulsion.

Sous le coup d’une OQTF (recours perdu au TA suivi d’un appel à La Cour Administrative d’appel de Bordeaux - recours non suspensif)

Problème de courriers recommandés non distribués suite à la sortie de l'hébergement d’urgence (hivernal/covid) et du changement d’hébergement pour la famille.

Puis deuxième vague d’arrêtés « d’assignation à résidence » recours sous 48 heures - hors délai pour lui qui n’a pas alerté assez tôt - mais décalés pour elles, contestés et annulés partiellement par le Tribunal administratif (elles sont dispensées du pointage à la Police)

Puis troisième vague d’arrêtés : les IRTF (Interdiction sur le territoire Français (en fait interdiction sur l’espace UE) contestés au Tribunal Administratif. L’audience pour les 3 est fixée le 29 Décembre au TA.

Enfin : 3 feuilles de route qui ordonneraient les départs : Le 12 décembre pour lui et le 29 décembre pour elles et les deux filles mineures, c’est-à-dire que, au mépris du Droit, aucun ne pourrait être présent à l’audience du 29 au TA... Déni de Justice.

L'avocate a adressé hier matin un courrier recommandé doublé de mail à la Préfecture demandant :

  • Que l’accès au Droit soit respecté notamment pour l’audience du 29/12

  • demande l’annulation des départs pour tout le monde,

  • le réexamen de la situation après que nous ayons connaissances des décisions d Justice auxquelles la Préfecture ne saurait se soustraire,

  • un réexamen de la situation de l’ensemble de la famille à l’issue des décisions de Justice (manifestement courant Janvier)

Pour l'instant : Pas de réponse de la Préfecture

À défaut de réponse, nous conviendrons en fin de semaine des stratégies à développer avec l’avocate et la famille.

Rassemblement contre la loi sécurité globale

La LOI «sécurité globale » adoptée en première lecture par l’Assemblée aurait du plomb dans l’aile, raison de plus pour l’achever…

Les violences policières : ça n’existe pas, dixit Darmanin. Les images trahissent les flics qui cognent comme ils ont déjà cogné… trop souvent en toute impunité…

La déclaration du projet de rassemblement envisagé à FOIX ce samedi, a été déposée par LFI dans les formes et n’a pas été interdit. Le rassemblement a donc lieu

ce Samedi 28 novembre 2020 à partir de 10 heures et jusqu’à 12 h. sous la Halle à FOIX

Sous conditions de respect des mesures sanitaires: masque obligatoire et déclaration de circulation en poche…

Suite aux retours/consultation de nos adhérents :

La Ligue des Droits de l’Homme – LDH Ariège – et Le Réseau Education Sans Frontière – RESF 09 –

soutiennent ce rassemblement et appellent à y participer.

Dans le plus grand calme possible !

Christian Morisse